Le Pôle Electromagnétisme

Le pôle Électromagnésme et Signal aborde l’électromagnétisme appliqué allant des radio fréquences à l’optique en passant par les térahertz et le traitement du signal pour les mul-capteurs. Les domaines d’applicaons sont dans la télécommunicaon, l’observation, le spatial, le médical … Le pôle est transdisciplinaire et accueille des enseignants chercheurs appartenant aux sections 61 et 63 du CNU. Les membres « Signal » se focalisent sur le traitement statisque du signal. Plus particulièrement, les thèmes abordés
sont la théorie de la détection/estimaon robuste, l’apprentissage et l’analyse de performance. Les membres « Électromagnétisme » ont une expertise dans les métamatériaux et les métasurfaces. Ceci désigne des matériaux, des surfaces, des composites artificiels, de structure périodique ou pseudo-périodique, qui présentent des propriétés électromagnétiques qu’on ne retrouve pas dans des matériaux, des surfaces, naturels.

Les applications sont :
• les antennes ou des composants hyperfréquences reconfigurables à base de métamatériaux ou de métasurfaces permettant une diminuon de la taille de ces derniers sans altérer leurs performances, pour les domaines de l’astrophysique, le radar, la 5G et l’imagerie médicale en augmentant la résolution des images IRM,
• l’anti-contrefaçon pour les billets de banque ou les documents d’identé à l’aide de métasurfaces, utilisant la nanotechnologique, pouvant jouer sur la polarimétrie de la lumière,
• l’opmisaon de métasurfaces pour la thermique en collaboraon interne avec le pôle Énergéque du LEME,
• la caractérisaon des antennes miniatures, via des mesures de SER (Surface Équivalente Radar) effectuées dans la chambre anéchoïque du LEME,
• le traitements adaptatifs robustes pour les systèmes radar,
• les traitements statistiques robustes pour la calibration des futurs grands radio-interféromètres.

Le pôle a des collaborations nationales (SATIE, INSP, SONDRA, ONERA, DGA, Instut Fresnel, Observatoire de Nice...) et internationales entre autres avec la Chine (Instut de technologie de Harbin), l’Angleterre (Université du Kent) et les États-Unis (Université d'État de Caroline du Nord) ainsi que la French SKA-team (Square Kilometre Array team), une communauté fortement soutenue par le CNRS.

Mots-clés :

Antennes, modélisation, métamatériaux, métasurfaces, détection, estimation

Mis à jour le 09 octobre 2018